L'UNESCO joue un rôle de premier plan dans la promotion de la compréhension et de la reconnaissance de la traite négrière. Depuis le lancement en 1994 du projet « La Route de l'esclave », cette

Publié le par Centre culturel francis bebey

( article publié sur http://agir.solidairesdumonde.org )

La traite négrière, s'il ne fait aucun doute qu'il s'agit là d'un des crimes contre l'humanité les plus horribles de l'histoire de l'homme, est pourtant souvent parue comme un sujet tabou pour plus d'un aujourd'hui. Certains par pudeur et honte (pour ceux qui se renvendiquent du camp des victimes), d'autres par honte et par peur des rancoeurs qu'un tel sujet peut soulever (pour ceux qui sentent tout le temps indexés comme bourreau) et d'autres encore, par volonté de dépassement des clivages et des haines qu'un tel sujet historique peut créer.

Cependant, quoi qu'il en soit, en tant qu'un évènement historique dont les conséquences ont pesées - et continuent encore de peser- dans la configuration qu'a prise le monde, la traite négrière appelle à notre devoir de conscience et de mémoire, victimes, descendants de victimes ou descedants de bourreaux. L'unesco, fidèle à ses objectifs, a décidé cette année encore de faire le premier pas, en appelant la communauté internationale à réfléchir aux bouleversements provoqués par cette terrible dérive humaine dans le monde.

 

Communiqué Organisation des Nations Unies (ONU) *

À l'occasion de la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, la Directrice exécutive de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, les sciences et la culture (UNESCO) a appelé jeudi la communauté internationale à réfléchir aux bouleversements provoqués par l'esclavage dans le monde, exhortant les pays à protéger leurs citoyens contre le racisme et le travail forcé.

 

« La longue chaine de l'insurrection des esclaves luttant pour la liberté est une source inépuisable de réflexion et de mobilisation pour le respect des droits humains et contre les formes modernes de servitude », a déclaré Irina Bukova dans le message qu'elle a adressé pour marquer cette Journée.

 

« L'histoire de la traite négrière et de son abolition a forgé le monde où nous vivons », a-t-elle poursuivi. « Nous sommes tous les héritiers de ce passé. Il a transformé la carte du globe, le droit, la culture, les rapports sociaux, faisant même naître de nouvelles habitudes alimentaires - notamment par le commerce du sucre. »

 

C'est dans la nuit du 22 au 23 août 1791 qu'a commencé à Saint-Domingue - aujourd'hui Haïti - l'insurrection qui allait conduire à l'abolition de la traite négrière transatlantique et contribuer à l'universalité des droits humains.

 

« Par leurs luttes, par leur désir de dignité et de liberté, les esclaves ont contribué à l'universalité des droits humains. Il faut enseigner les noms des héros de cette histoire, car ils sont les héros de toute l'humanité », a affirmé Mme Bukova.

 

L'UNESCO joue un rôle de premier plan dans la promotion de la compréhension et de la reconnaissance de la traite négrière. Depuis le lancement en 1994 du projet « La Route de l'esclave », cette agence de l'ONU n'a pas cessé de combattre les préjugés infamants nés de ce système d'oppression qui pèsent encore sur l'image des Africains et des personnes d'ascendance africaine. Le projet poursuit un triple objectif: contribuer à une meilleure compréhension des causes et des modalités de la traite négrière et l'esclavage; mettre en lumière les transformations globales et les interactions culturelles issues de cette histoire ; et contribuer à une culture de paix en favorisant la réflexion sur le pluralisme culturel, le dialogue interculturel et la construction des nouvelles identités et citoyennetés. Dans son message, Mme Bukova rappelle que les esclaves furent également capables de transcender l'oppression et de léguer au monde un patrimoine culturel d'une infinie richesse. « Aujourd'hui l'Afrique, l'Europe, les Amériques, le Proche et le Moyen Orient, l'Océan indien et l'Asie partagent des danses, des musiques, des arts vivants et des formes d'expressions artistiques qui sont un héritage direct de cette histoire. À travers ses programmes culturels et éducatifs, l'UNESCO s'attache à mettre en valeur ce patrimoine comme force de dialogue et de rapprochement entre les peuples. » La Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition s'inscrit en 2012 dans le cadre de la préparation de la Décennie des personnes d'ascendance africaine (2013-2022), que l'ONU doit proclamer cette année.

 

(*): Nous ne faisons que relayer un communiqué publié sur http://www.newspress.fr

 

Commenter cet article

pierrot rochette 19/01/2013 16:50


extraordinaire


l'implication de l'unesco


pour que  la traite des nègres cesse


 


bravo pour l'unesco
votre sensibilité aux sites immatériels protégés
m'épate
permettez-moi de vous offrir
une de mes chansons

-CE QU'UN BIG BANG?

Un big bang, c'est le rêve de tout créateur, qu'il soit Dieu ou homme. Je me rappelle, sur ma route de vagabond-poète, d'avoir rencontré un jeune homme qui faisait du jogging sur place et qui
rêvait d'un métier payant qui lui permettrait de faire cela à journée longue.Deux ans plus tard, je le recroisai, il était devenu éboueur:))))

Je me rappelle d'en avoir rencontré un autre qui consacra 7 années à son rêve. Faire reconnaitre un bout de la forêt de la côte nord au Québec, Canada....comme patrimoine universel protégé par
l'unesco. Le hasard de la vie fut que je pus chanter son rêve dans un chalet de la côte nord où étaient réunis des gens de l'Unesco Paris et des membres du personnel diplomatique fédéral en
présence du jeune homme admirable.

Ce jeune homme admirable était devenu lui aussi éboueur universel de la beauté du monde aspiré par la danse de son big bang personnel au service de l'humanité.

CE QUE JE SAIS CE SOIR

je ne sais pas
si la femme guerrière existe
Karinne

peut-être
seras-tu la première?

je ne sais même pas
si le vagabond poète existe
Karinne

tellement
la mort
me suit
derrière

REFRAIN

ce que je sais ce soir
c’est que le rêve d’un jeune homme de 20 ans
fut tellement grand fut tellement beau
qu’il aspira toute la lumière de l’unesco
au-dessus de la ville de Bécomeau

ce que je sais ce soir
c’est que le rêve d’un jeune homme de 20 ans
fut tellement grand fut tellement beau
qu’il aspira toute la lumière de l’unesco
au-dessus de la ville de Bécomeau

COUPLET 2

je ne sais pas ce que t’as vécu
quand tu m’as vu, seul sur la route,
Karinne

ton chum a mÊme fait
demi-tour

je ne sais mème pas
si la femme guerrière si belle et si active
qui brûle en toi
Karinne

sait à quel point elle est
amour

COUPLET 3

Merci
pour avoir vu sous l’vagabond
autre chose qu’un vieux monsieur perdu
Karinne

t’es une vraie
femme-guerrière

merci
pour cette table, remplie de crabes
où pour vous tous j’ai humblement chante
Karinne

tout près
du jeune homme admirable


REFRAINFINAL

ce que je sais ce soir
c’est que le rêve d’un jeune homme de 20 ans
fut tellement grand fut tellement beau
qu’il aspira toute la lumière de l’unesco
au-dessus de la ville de Bécomeau

ce que je sais ce soir
c’est que le rêve d’un jeune homme de 20 ans
fut tellement grand fut tellement beau
qu’il aspira toute la lumière de l’unesco
au-dessus de la ville de Bécomeau

Pierrot
vagabond céleste du Québec

www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequtiables.com
www.demers.qc.ca
chansons de pierrot
paroles et musique

http://www.tvc-vm.com/studio-direct-235-1/le-vaga bond-celeste-de-simon-gauthier
http://www.reveursequitables.com.centerblog.net